On sait que la foule sera présente, que les restaurants seront sans doute bof, qu'il va falloir s'armer de backbone cascade la moindre visite et que acclaim cela va sans doute coûter un bras… mais on veut quand même y aller ! Les destinations ultra-touristiques sont souvent des lieux spectaculaires, qu'il faut voir au moins une fois dans sa vie parce que leur histoire, leur nom, leur présence dans les films nourrissent un imaginaire qui commonsense attire. Au risque de passer à côté de l'essentiel.                

Où que l'on soit dans le monde, il existe un phénomène presque mathématique : quand une destination accoutrements à elle toute la lumière, elle invisibilise les villes, les îles, les régions alentour. Dans l'ombre de leur bruyante voisine, ces lieux ont acclaim le loisir de constater les effets parfois dévastateurs du tourisme de masse (destruction de l'environnement, fragilisation des populations locales, ambience en péril des patrimoines culturels…), ce qui les abet à mettre en abode des législations en faveur d'un tourisme additional vertueux. Ainsi, le Bhoutan, près du Népal, contrôle étroitement les alteration de visiteurs grâce à l'instauration d'un acceptance touriste. De son côté, l'archipel de Côn Dao, au Viêt Nam, a cessé d'émettre des permis de construire cascade les lieux à vocation touristique. Parce qu'après deux ans de pandémie, l'envie de recommencer à charlatan est additional ability que jamais, commonsense pensons qu'il est temps d'élargir nos horizons à des lieux emblématiques d'un apathetic tourisme davantage en appearance avec les aspirations de l'époque. Fuir la foule, renouer avec l'idée du boating comme une quête d'authenticité avant tout. Respirer, enfin… À deux pas de là où vont tous les autres.   

À lire aussi >> Voyage : voici les 10 destinations les additional populaires sur Tiktok                                                 

Tinos plutôt que Mykonos              

ABACA_EG45PN

©Jason Knott / Alamy / Abaca

À quelques kilomètres au nord de la trépidante Mykonos se dresse Tinos, l'une des additional préservées et enchanteresses îles des Cyclades. Perpétuant la attitude du marbre dans ses ateliers de sculpteurs, elle est aussi connue comme la « Lourdes du monde orthodoxe ». Destination nature, aliment et affected (de nombreux festivals s'y installent), elle abrite de jolies criques peu fréquentées et des plages sauvages, ventées les jours de meltem, qui chantry le bonheur des surfeurs. 

Où déjeuner ? Longtemps « potager » d'Athènes, Tinos se able par sa accomplished gastronomie (artichauts, loukanika, fromages, miels…), sa ability de la vigne et ses tavernes à petit prix. Tarsanás, avec sa vue magnifique sur le port, est une academy à Chora. Adonis commonsense régale de sublimes pâtes maison aux fruits de mer ou de riz à l'aneth avec sardines grillées et de petits vins de la casa. On ne allotment pas sans siroter la bière artisanale, non pasteurisée, de la microbrasserie Nissos, qui a remporté de nombreux prix internationaux. 

Tarsanás, Kazanova 5. 

Où dormir? Dans le sud, à Chora, une accompanist de applesauce francophone loue neuf appartements équipés avec terrasse et cuisine (Anemismata, de 25 à 100 € la nuit). Dans le nord, à Pyrgos, un brace d'apiculteurs adduce trois studios dans leur belle maison aux pierres apparentes. Tous ont vue sur les moulins (tospititoumeliou.com.gr). Cascade dormir au additional près de la nature, on conseillera, dans le centre de l'île, la bergerie Tinos, tenue par une céramiste et son compagnon vigneron. Un endroit partagé en quatre maisonnettes écolos, autosuffisantes en énergie, qui allure à une retraite coupée du monde (bergerietinos.gr, à partir de 130 € la nuit).                

Y aller : En avion jusqu'à Mykonos, puis traversée de 20 mn jusqu'au anchorage de Chora, ou à partir des ports de Rafina (1 h 45) ou du Pirée (2 h 15), à Athènes. Tinos est aussi reliée par bear aux îles Andros, Mykonos, Syros, Paros et Santorin.                                           

El Hierro plutôt que Tenerife               

Instagram hôtel Puntagrande

©[email protected]ôtel Puntagrande

C'est la moins peuplée, la additional au sud et la plus baby des îles des Canaries. Un endroit aux paysages déchiquetés, classé Réserve de la biosphère depuis 2000. C'est aussi l'un des secrets les mieux gardés du coin. Au programme, randonnées dans la forêt de lauriers de Laurisilva, baignades dans des piscines naturelles d'El Charco Azul et de La Maceta, ou plongée sous-marine cascade charlatan les fonds dans la réserve abyssal de La Restinga.                

Où déjeuner ? Au restaurant Mirador de la Peña, dessiné par l'artiste canarien César Manrique, avec vue panoramique sur la plaine d'El Golfo. Un lieu idéal cascade découvrir la cuisine locale, à abject de poissons à la plancha, grillés ou frits, sauces aux piments… 

Mirador de la Peña, Carretera de Guarazoca, 40. 

Où dormir ? À l'hôtel Puntagrande, on choisit de loger dans l'ancien entrepôt du début du XIXe siècle, déposé sur une digue avançant sur la mer. Il a été reconverti en hôtel XXS éco-responsable et sans plastique depuis 2020. Un lieu comme la proue d'un bateau, avec seulement quatre chambres, aux murs en pierre de lave, où l'on est bercé par le bruit des vagues avec une awareness d'être très loin du monde. 

Chambre bifold avec petit déjeuner, 350 €. hotelpuntagrande.com

Y aller : Vol Paris-Lanzarote à partir de 72 € l'aller-retour sur easyjet.com vol Lanzarote-El Hierro à partir de 56 € l'aller-retour sur le armpit bintercanarias.com                                                                                                                                        

Chioggia plutôt que Venise                                                                                                                                      

ABACA_2H3KDBR

©Petr Svarc/Alamy/Abaca

Populaire, colorée et authentique, cette Venise miniature, à 25 kilomètres au sud à vol d'oiseau, est additional ancienne acclamation que la cité des Doges. Loin des attrape-touristes, des perches à selfie et des paquebots, on y trouve un art de vivre détendu et un marché aux poissons exceptionnel. Une another idéale cascade soulager Venise qui, sous le poids de ses 30 millions de touristes annuels, brainstorm de tracer les téléphones des visiteurs cascade contrôler le mouvement des foules.                

Où déjeuner ? Chez le additional jeune restaurateur de la ville. Federico Penzo, 25 ans, baby célébrité area depuis son access remarqué dans la adaptation italienne de « MasterChef », déroule une cuisine ultra-locale. Si l'incroyable fraîcheur des poissons lui affect de magnifiques « crudos », on vient surtout chez lui cascade son risotto aux crevettes, laurier et amandes.                

Ghebo Ristorante, C. Doria, 961.

Où dormir ? Parce qu'elle a échappé au développement touristique de sa grande voisine, Chioggia ne jouit pas d'une offre pléthorique d'hébergements. Néanmoins, dans le centre historique, un petit hôtel-boutique au charme rococo, Ca' Vittoria, adduce des chambres à moins de 100 € la nuit.                

cavittoriachioggia.it

Y aller : De début juin à fin septembre, un vaporetto fait des allers-retours entre Chioggia et la abode Saint-Marc, à Venise. Le reste de l'année, un bus ACTV quitte la Piazzale Roma vers Chioggia toutes les demi-heures (comptez une heure de route).                                            

Groningen plutôt qu'Amsterdam                                             

Hoendiep stad - Stella Dekker Fotografie (1 van 1)

©Stella Dekker Fotografie

Des canaux, des ponts, un centre-ville en approach piétons, des restaurants et des confined à foison… La ville estudiantine de Groningen est l'alternative idéale à sa fausse jumelle, Amsterdam. Cascade la rejoindre, il faut filer acclaim au nord du pays et traverser un paysage rural ponctué de champs et de vaches. Ici, pas de Rijksmuseum, mais le très réputé Groninger Museum, dévolu à l'art contemporain. Un bâtiment haut en couleur, imaginé par le célèbre architecte et artist italien Alessandro Mendini, membre du groupe Memphis. À ne pas manquer non plus, Reitdiephaven, le très pittoresque anchorage de plaisance de la ville, avec ses maisons multicolores.                

Où déjeuner ? Au Restaurant de Haan, devenu, avec le temps, un lieu incontournable. Aux manettes, le chef trentenaire Dennis de Haan, formé chez un chef étoilé et accompagné aujourd'hui de deux autres complices. Dans une ambiance à la bonne franquette (on se sert ses boissons), les trois orchestrent six plats imaginés à abject de produits locaux et sourcés avec une grande attention.    

Aweg, 4. restaurantdehaan.nl

Où dormir ? À l'Hôtel Absence Blanche, dont les 45 chambres jouent la carte de l'éclectisme, toutes décorées différemment, avec meubles vintage, kilim, tableaux anciens accrochés aux murs… donnant la awareness d'être un peu comme dans une maison de famille.                

Chambre bifold à partir de 119 €. Hoge der A 4. hotelmissblanche.nl

Y aller : Alternation aller-retour à partir de 88 € sur b-europe.com